Par arrêté du 12 février 2019, le préfet Jean-Benoît Albertini a fait part à la Ville de sa décision de réquisitionner des locaux à Etampes, de manière provisoire, afin d'héberger 80 réfugiés dans l'attente du règlement de leur situation administrative.

« Depuis l'été 2015, en Île-de-France se sont constitués des regroupements de personnes migrantes. Il est nécessaire d'assurer une mise à l'abri digne des personnes concernées avant qu'elles soient orientées vers les procédures correspondant à leur situation (demandeurs d'asile, réfugiés, sans papiers, etc.)

Depuis 2017, 7 communes de l'Essonne ont procédé à ce type d'opération. A partir du 20 février 2019 et pour une durée d'un mois, cette mise à l'abri se poursuivra sous la même forme et dans des conditions identiques, dans les locaux de l'Espace Sportif Louis-Blériot à Etampes.

Le financement de cet accueil est entièrement assuré par l'État, qui peut également mandater, si nécessaire, une mission médicale ou sanitaire », a indiqué le préfet.
Florence Vilmus, sous-préfète de l'arrondissement d'Etampes salue la compréhension, la réactivité et la coopération de la Ville, notamment celles de la Compagnie des Archers d'Etampes qui vont laisser vacant durant un mois leur local d'entraînement situé dans les anciens locaux du lycée Louis-Blériot. Spontanément, ils ont déménagé leur équipement temporairement au Gymnase du Théâtre, le local où ils s'entraînaient autrefois.

Bernard Laplace : « Oui à l'effort de solidarité mais sous conditions »
« Le choix de notre Ville s'est fait a priori au regard de ses infrastructures, notamment de la proximité de la gare, des lignes de bus et de l'accessibilité par la nationale 20 », déclare le maire, Bernard Laplace. « Je comprends l'effort de solidarité qui est demandé à notre Ville. Au même titre que l'égalité et la liberté, la fraternité figure sur le fronton de notre mairie. Fidèle à la devise républicaine et à ses valeurs humanistes, notre Municipalité se devait de répondre aux impératifs de l'urgence humanitaire.

Avant d'être des migrants, ce sont d'abord et avant tout des hommes qui ont fui des zones dévastées par des conflits. Notre devoir de solidarité n'est pas contestable. Les représentants de l'État ont étudié avec nos services municipaux tous les locaux susceptibles de répondre aux meilleures conditions d'accueils des réfugiés Il était impératif qu'en plus du suivi continu assuré par l'Etat au travers de la présence 24h/24h d'intervenants sociaux, nos associations caritatives installées sur le même site puissent en cas de nécessité intervenir en renfort. Nous avons donc trouvé une solution d'hébergement temporaire au sein des locaux occupés par la Compagnie des Archers. L'équipe du service Vie associative a fait preuve d'une gestion exemplaire du dossier. Je l'en remercie chaleureusement.

Je suis aussi reconnaissant envers la Compagnie des Archers, qui du haut de ses 840 ans d'existence, a montré le visage d'une grande générosité digne de la tradition d'accueil de la France. Un grand merci à eux. Je suis le garant du bien vivre ensemble.

L'Etat s'est engagé à ce que l'accueil des réfugiés ne dure pas plus d'un mois. Les Etampois peuvent pour toute information contacter la plateforme d'appel mise en place par la Préfecture au 06 98 53 42 16.

Enfin, je tiens à dire que si les réfugiés seront accueillis dans des conditions d'hygiène et de sécurité irréprochables, je veillerai à ce que la durée d'hébergement d'un mois imposée par l'Etat soit respectée car ce dernier a la responsabilité de créer des structures d'accueil et d'hébergement pérenne », a précisé le maire.